Un repas en hiver / Hubert Mingarelli (2012)

C’est l’histoire de trois petits soldats qui décident d’aller se promener dans les bois. Tout semble aller bien jusque là ? Eh bien non. Parce qu’ils sont Allemands. Parce que c’est la Seconde Guerre mondiale. Parce que pour avoir droit d’aller se « promener », plutôt que d’exécuter de pauvres gens dans leur camp, ils ont promis de ramener un Juif.

Moi qui m’était dit que je ne relirai pas de sitôt un énième, énième, énième roman sur la Seconde guerre mondiale, je me suis fait piégée, alléchée par quelqu’un qui en parlait bien. Fort heureusement, c’était un roman court, dévoré en moins de deux heures. Non pas que je me suis ennuyée. Mais simplement qu’il avait une terrible odeur de déjà vu.

Certes, la manière dont Mingarelli nous décrit les soldats, à bout de nerfs (« on n’en pouvait plus »), oppressés par « le froid silence de l’hiver » qui n’en finit plus, affamés et un brin désespérés, est intéressante. Mais je n’ai rien trouvé que je ne sache déjà. On se doute que les Allemands étaient des hommes comme les autres, qu’ils avaient leurs faiblesses, que les Juifs étaient des victimes, qu’on ne peut pas les excuser. Pourquoi ressasser ça encore dans un roman ?

Enfin, j’ai surtout trouvé des échos avec le seul autre roman que j’ai lu de lui, Quatre soldats, qui met en scène des soldats de l’Armée rouge en perdition sortant d’une forêt où ils ont passé un hiver terrible. L’hiver, le manque de nourriture, tout est repris ici, et cette proximité m’a un peu énervé, comme si l’auteur s’était dit « tiens, j’ai eu le Prix Médicis pour celui-ci, retentons le coup sur le même sujet ? ».

En conclusion, je ne veux pas paraître méchante, je n’ai rien contre le roman en lui-même : la manière dont est traitée la question des souvenirs – destructeurs – pour les soldats, la haine du Polonais contre le Juif, le froid de l’hiver et des sentiments, le huis-clos terrible ; tout cela est intéressant. Mais je m’attendais à quelque chose de plus original, nous changeant des bons sentiments et des romans sur la guerre. Un manque qui l’expulse des romans remarquables de la rentrée littéraire.

Sur le même thème, je vous conseillerais plutôt Éducation européenne de Romain Gary, d’une autre ampleur.

***

11 commentaires

  1. il me semblait aussi à la lecture de la 4e de couverture que l’histoire était redondante avec « Quatre soldats » qui pour moi a été un gros coup de coeur de ces dernières années, quand même ! mais ton commentaire me confirme que celui-ci n’apporte rien de plus …

  2. Pour moi qui n’ai pas lu quatre soldats ni éducation européenne, ce roman fut un très agrable moment de lecture. Du coup, je vais quand même m’intéresser à ces deux titres, c’est toujours intéressant quand un un roman joue le rôle de ciasse de résonnance avec d’autres.

  3. il fait partie de la sélection de ma librairie pour son prix des lecteurs, mais il ne m’emballe pas beaucoup, pour l’aspect récurrent du thème choisi, justement ! c’est lassant de voir les mêmes thèmes, écrits de la même manière !

  4. « J’ai voulu à travers l’histoire de mon père et la trame romanesque du livre, retenir l’attention du lecteur afin de mieux faire connaître la vie de ces millions d’hommes faits prisonniers en 1940 qui passèrent les plus belles années de leur vie derrière les barbelés allemands et qui se sont tus en rentrant. Ce livre remet certains faits à leur place… » Avec beaucoup d’émotion.

N'hésitez pas à laisser un p'tit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.