C’est parti pour le prix Françoise Sagan !

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir d’être contactée par Babelio pour rejoindre le jury du prix Françoise Sagan, aux côtés de Denis Westhoff, son fils, et de 10 autres membres ! Inutile de vous dire que j’ai été depuis sur un petit nuage, ravie de faire partie intégrante de cette nouvelle aventure. Une aventure qui porte le nom d’une de mes écrivaines préférées.

Après le Prix Océans et le Prix du Livre de Poche auxquels j’avais eu le grand plaisir de participer, me voici donc embarquée dans une nouvelle histoire, très différente. Mais laissez moi d’abord vous en dire un peu plus sur le prix.

Le prix Françoise Sagan est un prix littéraire, créé en 2010, qui récompense une œuvre romanesque chaque année, fin mai début juin.

Il distingue une fiction en langue française, un roman ou une nouvelle publiée depuis l’automne précédent la remise du prix. En l’occurrence, ce livre sera qualifié de « plus beau roman du printemps ». Ce prix tente, dans la mesure du possible, de s’adresser à un auteur n’ayant pas encore reçu de prix ou de récompense littéraire majeure au cours des derniers mois.

Écoutons Denis Westhoff lui-même en parler :

« J’ai créé le Prix Françoise Sagan pour honorer sa mémoire, mais je l’ai surtout créé pour honorer les livres et, je l’espère, pour inciter les gens à lire. Le Prix Françoise Sagan, bien qu’il récompense le plus beau roman du printemps, doit aussi honorer tous ceux qui aiment les livres : auteurs, éditeurs, libraires, chroniqueurs de la vie littéraire, imprimeurs…

Ma mère nourrissait, depuis le jour où elle a découvert la lecture — et ce fut très tôt — une vraie passion pour la littérature parce qu’elle a compris que le livre était l’un des principaux leviers de l’esprit, de la mémoire et surtout de l’imagination. L’imagination, disait‐elle, « est la première des vertus parce qu’elle est le départ de la compréhension ; l’imagination agit sur tout, la tête, le cœur, l’intelligence. Sans elle, tout est perdu. C’est une vertu qui devient rare. Surtout dans sa forme exacerbée qu’est la gratuité. »

En tant que membres du jury, nous étions invités à proposer un texte qui nous avait marqué en 2020. Voici la sélection officielle des 12 textes :

Image

Pour ma part, j’ai proposé Les Déviantes de Capucine Delattre (éd. Belfond) dont je vais vite revenir vous parler ici !

A bientôt donc pour les chroniques de cette sélection !

Un commentaire

N'hésitez pas à laisser un p'tit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.