Partages / Gwenaëlle Aubry (2012)

partages

Sarah, Juive d’origine polonaise, née et élevée à New York, est venue vivre en Israël avec sa mère après les attentats du 11-Septembre. Leïla est palestinienne, elle a grandi dans un camp de réfugiés en Cisjordanie. Elles ont dix-sept ans et, en commun, le désir de ne pas être sérieuses. Leurs voix alternent au rythme d’une marche qui les conduit l’une vers l’autre dans les rues de Jérusalem. Deux voix pour une même terre, que l’on n’arrive pas à partager.

« Tous ici, Israéliens et Palestiniens, Arabes et Juifs, comme tu voudras, nous partageons la même folie, c’est elle qui, comme la terre, nous divise et nous réunit. Nous partageons une même hantise, tous, nous sommes habités par des cohortes de morts. »

Deux jeunes filles donc qui représentent leurs nations respectives, l’une ayant joué à l’Intifada dans la cour de récré, l’autre ayant été traumatisée par le 11-septembre (réplique de l’Holocauste ?). Deux jeunes filles qui ne trouvent pas leur place dans ce pays en guerre, rêvant de modernité, de paix, de tranquilité.

Deux voix qui se délitent au fur et à mesure du texte, et qui ont fini par me perdre tant j’étais incapable de les dissocier, et de comprendre ce qui se passait réellement. Un sentiment de perdition qui a gâché la fin de ma lecture, alors que j’étais enchantée du début et de la manière originale dont Gwenaëlle Aubry a choisi de traiter ce sujet.

Cependant, au final, je peux dire que c’est un roman qui n’est pas dénué de qualités mais qui n’a rien de réellement très original : on n’y apprend rien, on ne fait que constater la différence entre ces deux pays, résultat de la plus grand aberration de l’Histoire. On en finit avec un sentiment de réchauffé, d’une pensée conventionnelle qui se déroule devant nous jusqu’au dénouement final, anticipé et attendu.

Tout comme la Seconde guerre mondiale, j’ai le sentiment que le conflit israélo-palestinien est le sujet à choisir pour faire pleurer dans les chaumières et assurer une bonne vente, au détriment de la qualité ou de l’originalité.

***

livre poche

5 commentaires

  1. Mince, tu n’as pas aimé. Gwenaëlle Aubry est une de mes auteures françaises préférées et j’avais beaucoup aimé ce livre sur le fond et sur la construction. Un livre ne peut pas plaire à tout le monde

  2. Je garde un souvenir très moyen de cette lecture, j’ai trouvé les personnages trop extrémistes à mon goût, je n’ai pas aimé le style littéraire de Gwénaëlle Aubry, et le tout n’offre pas un regard bien nouveau sur ce conflit…

N'hésitez pas à laisser un p'tit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.