Liseuse électronique : impressions à mi-parcours

Voici la suite de mes aventures avec la liseuse électronique prêtée par Bookeen et Numeriklivres ! Si vous n’avez pas suivi le début, retournez à mon premier article et à celui que j’ai écrit au moment de la réception de l’objet

Après une semaine de test, qu’est-ce que j’en pense ? 

– Il est vrai qu’elle est plus légère qu’un livre, et plus facile à transporter

L’offre éditoriale est intéressante, et permet de découvrir des auteurs disponibles uniquement en numérique (même si je n’ai pas osé en commencer un car pas de 4e de couverture ou d’image, ou même un auteur que je connais, pour m’aider à me décider entre tous …)

MAIS 

– Je me suis trouvée beaucoup plus passive qu’avec un livre (pour la première fois de ma vie, je me suis endormie sur mon livre …) puisqu’on peut garder la même position pendant des heures en faisant un seul petit geste pour changer de page …

– Le contraste produit au moment où l’on tourne les pages finit par être fatiguant.

– Le stress qu’elle tombe en panne durant la journée et que je me retrouve sans rien à lire, résultat je ne l’ai pas prise dans les transports !

L’écran tactile n’est pas au point, il faut l’effleurer plusieurs fois pour qu’il réagisse, et puis d’un coup il tourne plusieurs pages !

– L’écran est très sensible et se met en mode paysage dès qu’on bouge un peu l’appareil à gauche ou à droite

 

Bref pour l’instant je n’ai pas l’impression qu’elle offre un véritable confort de lecture. Au-delà du modèle lui-même, je n’ai pas envie de m’énerver contre un énième appareil alors que je lis pour me couper du monde et me détendre …

A suivre, la semaine prochaine ! 

13 commentaires

  1. Zut alors… Je ne connais pas la booken alors je ne saurais te conseiller pour améliorer tout ça !
    Simplement concernant le passage en paysage tu dois avoir un moyen de bloquer en portrait.
    Il y a pas un témoin de batterie pour savoir s’il tiendra la journée ? Normalement il doit tenir au moins une semaine alors pas de risque de panne ! Et sinon tu peux pas le charger au boulot ?

    Bonne continuation d’expérience numérique !
    PS : pour choisir des livres du catalogue de Numeriklivres, tu peux aller sur leur site voir les résumés

    1. Je vais regarder alors pour le mode portrait merci !
      En fait le témoin de batterie n’apparaît que sur la page d’accueil, donc pas quand tu lis … c’est psychologique du coup !

      Pas bête tiens, je vais aller voir sur Numeriklivres ! 😉

    2. J’abonde dans ce sens, sur Numériklivres, non seulement tu auras une quatrième de couv mais tu pourras lire gratuitement des extraits….. Je te conseille MANIHI, ou Paris-Papeete qui sont des romans de femmes. Bonne lecture . Christine

  2. Oui normalement tu tiens un paquet de temps sans la recharger c’est justement ça l’intérêt (ça consomme très très peu), tu devrais donc la prendre dans les transports pour tester, moi c’est surtout là que je souhaite l’utiliser.
    Ne me dis pas que tu choisis tes livres à partir des 4ème de couv ?! (je ne supporte pas ça perso…)

    1. Non j’avoue que c’est rare, la plupart du temps c’est du bouche à oreille surtout, je prends les livres parce que j’ai entendu un tel en parler … et du coup les livres qui sont proposés sur la liseuse, on ne les connaît pas … alors bien sûr c’est l’occasion de faire des découvertes ! mais en 15 jours, je n’ai pas osé …

      Eh oui en fait je n’ai pas osé la prendre dans les transports car ça m’embêterait de me la faire voler ou abîmer alors qu’elle ne m’appartient pas …

  3. Je comprends tout a fait ton pb vis a vis des transports et du vol. Moi les seuls personnes qui m’ont « importuné » dans les transports c’est pour me demander ce que c’est et a quoi ça sert ! 🙂

  4. Et puis, c’est aussi le jeu : commencer un livre et l’arrêter s’il ne te plaît pas ! Passer à un autre en quelques clics.
    Pour le passage en paysage, vois dans les options (ça me faisait pareil avec le kindle, ça donne le mal de mer, mais on peut le bloquer)
    Si tu veux des conseils (je sais pas ce qu’il y a dans la liseuse, alors ça tombera peut-être à plat :P)

    – Chienne de vie (Marie Mémain) : c’est léger et rapide (genre chicklit)
    – Reine(s) (Astrid Monet) : c’est court et assez surprenant (plutôt genre « photos de la vie d’un couple »)
    – Macadam Gonzo (Jeff Balek) : à lire (oui, c’est tout, c’est à lire parce que c’est bien écrit et que ça remue des tas de trucs chez moi… et j’espère que je suis pas la seule)
    – La tache originelle (Noël-Henri Mongrain) : le problème fils/mère (avec du Freud dedans) mais ça reste assez léger dans le ton (oui, malgré le thème « mort » c’est ce que j’en retiens)

    Pour l’autonomie, c’est quand même vachement long avant de tomber en rade… Si tu lis 1h par jour dans les transports, pas de risque que ça te lâche si tu l’as chargé la veille ! 😉 (en parlant de ça MA liseuse me dit qu’elle n’a plus de batterie depuis 2 jours et j’ai quand même réussi à finir le bouquin que j’étais en train de lire ! Donc pas de panique, c’est juste psychologique 😉 )

  5. Beaucoup de désagrément qui te semble primordiaux pourtant facilement corrigibles.

    La passivité : cet aspect minimalisme du mouvement est pour moi un plus, plus besoin de se cherché la bonne position des mains pour tenir le livre, tourner les pages, ne pas lâcher le page (bon d’accord, je ne supporte pas de plier un livre pour mon confort)
    Ce minimalisme permet aussi une plus grande liberté pour d’autres actions, comme te tenir dans les transports, profiter d’un bon café ou un bon verre tout en continuant à lire.

    Le « black screen » est un besoin pour la machine, afin d’éviter la rémanence et le texte fantôme, c’est une des parties améliorables sur de nombreux eReaders, et actuellement améliorés sur nombre d’entre eux.. N’oublions pas que l’Orizion est la déjà génération précédente.

    Le coup de la panne : à moins d’être au milieu de nul part sans un chargeur solaire, tu dois bien avoir à porter de main un port USB régulièrement ? Et même comme cela, avec le prêt de 15 jours, tu ne devais pas devoir la chargé plus d’un fois même en temps que « grosse » lectrice.

    La réaction du tactile de l’écran SiPix à souvent été décrier pour son manque de réactivité par moment, le coup de main « franc » est vite attrapé à l’usage. Sache que sur les nouveaux modèle avec la technologie infrarouge (Sony, Kobo, Nook, Kindle, le nouveau Bookeen je pense) la réactivité est au rendez-vous.

    Le mal de mer est aussi un aspect corrigible dans les paramètres.

    une bel brochette d’appréhensions en tout genre face à une nouvelle technologie, bien plus prenante sur l’être humain que la disparition du support physique de la musique. Étrange cette relation au papier, car le contenu n’a pas été modifier pourtant.

    1. @ Paulinelit : mon problème c’est simplement que la liseuse n’est pas à moi et que je ne veux pas qu’il lui arrive quelque chose, pas envie de la repayer … donc pour 15 jours elle va juste rester chez moi

      @ Paumadou C’est bon j’ai désactivé l’accéléromètre, déjà ça va être un peu moins agaçant. Merci pour les titres, j’en ai deux ou trois dans la liseuse, je vais jeter un coup d’oeil (même si mon problème c’est que ma PAL est encore assez impressionnante et que ça m’embête d’en lire d’autres 😉 Pour l’autonomie c’est sûr, elle tient bien … mais il faut que je m’habitue !

      @ Lecteur en colère Certes ce sont de petits désagréments pour toi mais moi ça m’énerve car je n’ai pas ces problèmes avec un livre papier. Je reviens sur l’accéléromètre que j’ai réussi à désactiver, ainsi que sur le flash noir, c’est déjà plus agréable. Du côté réactivité, c’est sûr qu’il y a redire pour ce modèle; à voir pour d’autres

      Eh oui je suis attachée au papier, je m’en rends compte maintenant. J’aime posséder les livres, j’aime pouvoir les prêter à qui je veux, j’aime l’objet livre (et on a pas besoin de manuel pour l’utiliser) Contrairement à l’ordinateur, qui m’a paru indispensable assez rapidement, pour moi je ne vois pas encore en quoi ces appareils sont indispensables. C’est peut-être une réaction de la vieille garde des livres papiers … je changerai peut-être d’avis mais pour l’instant c’est le mien. Et j’aimerai bien qu’il n’y ait pas que des gens déjà séduits par cette technologie qui me laissent des commentaires, histoire d’alimenter le débat un peu autrement.

      1. Tentative d’alimenter le débat un peu autrement. Vaudra ce que ça vaudra.

        Je commence à prendre bien en main mon petit Kindle, que j’ai rempli avec jubilation de centaines de livres tous gratuits (sauf les sept Proust, mais passons). Je n’ai pas les scrupules de Missbouquinaix concernant l’appartenance dudit objet, puisque je l’ai acheté avec mes sous à moi. Bon. Cela dit, mon emploi du temps est tel que la première partie de la semaine, je vais « travailler » en métro, et en tram la seconde partie. Très honnêtement, je ne sens pas mon petit Kindle en sécurité dans le métro, et je n’ose pas le sortir. Du coup, j’ai toujours deux lectures en cours : le bouquin de mon petit Kindle, et mon livre à moi. Je ne crois pas que ce sera amené à changer, d’abord parce que mine de rien, ce n’est pas un objet qui est donné, et, j’aurais tendance à dire surtout, j’y suis attaché, à ce petit Kindle.

        C’est toujours la même chose, les choses ont le prix qu’on veut bien leur donner (relire Citadelle à ce sujet). J’aime mon petit truc plein des choses que j’aime, protégé dans sa petite housse cuir noir, toute douce à l’intérieur. Alors oui, c’est un objet froid déshumanisé, et oui, je peux pas tourner les pages comme j’aimais tant avec les livres, mais je peux encore le lire ouvert, même si je ne lis que sur la page de droite, et je peux encore le serrer contre moi quand il m’a.. boum, enfin, vous voyez.. J’ai une tendresse pour lui, déjà, et ce n’est pas rien.

        Mais ce n’est pas un livre. Pas de flash noirs avec le mien, un mois d’autonomie à raison d’une heure et demie de lecture par jour, pas de tactile – j’aurais été déçu, le tactile va beaucoup trop vite pour lire les Lettres de Pline le Jeune et Pascal. Bref, rien ou si peu de ces désagréments – je suis obligé de surligner deux passages si je veux mettre un […] dans ma citation –, mais ce n’est pas un livre.

        Plutôt que de voir en l’un ma femme et l’autre mon amante (je suis assez vieux con réactionnaire concernant ce genre de choses), je préfère voir en ces deux cocos des amis que je rencontre alternativement à différents moments. Je n’y mets pas vraiment de rivalité, ou alors juste une rivalité entre deux partis qui ne s’affrontent pas (voyez le Trésor, il vous expliquera ça mieux que moi).

        Mais bon, tout ça n’est pas très parlant. Ce Noël, je vais avoir une semaine de vacances hors de là où je vis, assorties de deux trajets de train de trois heures tout seul. Bon. Eh ben avec mon petit Kindle, je peux passer de Tristan Corbières à Verhaeren, et puis un peu de Théophile de Viau, et aussi Whitman, et voyons voir si j’ai pas aussi un peu de Verlaine, et puis Pline, encore lui, et Leconte de Lisle, tiens je l’ai jamais lu celui-là, et tout ça dans mon petit Kindle. La poésie et les lettres se prêtent vraiment au jeu du Kindle, je trouve. Je m’en voudrais d’avoir donné l’impression de vouloir zapper entre tous ces bonshommes, non, simplement, je peux quitter l’un et retrouver l’autre, sans se presser, mais en l’ayant à portée de main. Je n’ai pas forcément beaucoup de temps à consacrer à la lecture, par exemple quand je fais la queue à la banque. Je suis alors vraiment heureux (je déconne pas, ça me l’a vraiment fait) de pouvoir sortir une jolie lettre (vivement qu’ils mettent celles de Diderot à Sophie Volland en gratuit, d’ailleurs..) et de me poser tranquille, pouf, comme si je mettais un Psaume de Mendelssohn (le 95, tiens, parce qu’il est vraiment chouette) sur ma boîte à musique.

        Alors, indispensables, non, vraiment pas. Pas tant que l’on ne les pas pas apprivoisés, en tout cas, ça c’est sûr, mais ça aussi on le sait au moins depuis Saint-Exupéry (oui, encore lui). Je sais que j’aime lire des textes courts à l’impromptu sur mon petit Kindle, ça, j’avoue, c’est de la balle. J’ai aimé lire Claude Tillier dans le tram, et j’ai aimé mon trajet de ce matin avec Chéri. Je suis très curieux de voir ce que ça donnera avec L’homme qui rit, avec Proust, ou avec Hume. Mais il faudra encore un peu de temps pour le savoir – et c’est tant mieux.

        Je remarque simplement, pour l’heure, que l’état actuel des techniques (ah oui, je milite pour arrêter de dire que l’e-Ink – ça ou autre chose – est une technologie, non, l’e-Ink n’est pas l’étude de la technique permettant d’avoir une expérience de lecture proche de celle sur papier, mais bien cette technique elle-même. Mais passons), donc, je remarque simplement que l’état actuel des techniques offre une autre expérience de lecture. Bon, ben prenons, et voyons ce que ça donne.

        Mais je ne quitterai pas l’un pour l’autre.

        Et quatre petits points (qui n’en font en fait qu’un), que je ne veux pas développer ici, sinon ce sera décidément trop long :
        – Du Kindle (ou reader, mais peu importe) comme bibliothèque de classiques portative
        – De l’achat d’un livre papier comme validation d’un goût. C’est comme la musique pour les mélomanes ou les jeux vidéos pour ceux qui aiment : on teste en masse, on en aime quelques uns, on les achète.
        – Des bibliothèques comme l’intermédiaire harmonieux entre ces deux pôles !
        – Du plaisir du lire en harmonisant comme bon nous semble ces trois éléments.

        1. Merci pour ton long passage d’expérience ! Ce qui est le plus important j’ai l’impression dans ton témoignage, c’est que tu insistes sur la complémentarité entre lecture papier et lecture numérique. Et c’est intéressant aussi que tu insistes davantage sur tes impressions de lecteur, plus que sur les qualités techniques de l’appareil … tu as bien fait avancer le débat ! 😉

          Et que penses-tu des oeuvres qui ne sont publiées qu’en version numérique ?

N'hésitez pas à laisser un p'tit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.