Le jeudi, c’est poésie !

Aujourd’hui, je veux vous faire découvrir un poème splendide que je ne connaissais pas la semaine dernière ! Mais vous allez voir, il vaut le détour …

L’auteur

C’est un poème de Rimbaud, écrit en 1870 et envoyé à Banville, un poète parnassien, montrant ainsi sa volonté de suivre les principes de l’Art pour l’Art.

Arthur Rimbaud écrit ses premiers poèmes à quinze ans. Ses derniers à vingt ans. Lui, pour qui le poète doit être « voyant » et qui proclame qu’il faut « être absolument moderne », renonce subitement à l’écriture malgré la reconnaissance de ses pairs.
Ses idées marginales, anti-bourgeoises et libertaires le poussent à choisir alors une vie aventureuse dont les pérégrinations l’amènent jusqu’au Yémen et en Éthiopie où il devient négociant, voire explorateur. De cette seconde vie, ses écritures consistent en près de cent quatre-vingts lettres (correspondance familiale et professionnelle) et quelques descriptions géographiques.
Bien que brève, la densité de son œuvre poétique fait d’Arthur Rimbaud une des figures considérables de la littérature française.

Le poème

Le poème est inspiré de l’héroïne d’Hamlet, Ophélie, femme amoureuse délaissée qui se noie de désespoir. Sa forme particulière, les termes liés à la lamentation, font résonner davantage le ton de complainte. Le premier groupe de quatrains fait référence a priori à une toile de 1852, celle du peintre anglais Millais, un préraphaélite. Ce tableau montre le corps d’Ophélie, paumes et regards tournés vers le ciel et dérivant au fil de l’eau. Cette oeuvre est fidèle aux règles du Parnasse, dont il reprend certaines expressions. Ce poème est souvent considéré comme marquant la naissance du Rimbaud d’une Saison en enfer et des Illuminations.

Je l’ai choisi non seulement parce qu’il est magnifique, qu’il me touche énormément mais aussi et surtout parce que Rimbaud manie la langue française et la poésie comme personne ici …

Ophelia

D’Arthur Rimbaud

I

Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles…
– On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir.
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s’inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d’elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d’où s’échappe un petit frisson d’aile :
– Un chant mystérieux tombe des astres d’or.

II

Ô pâle Ophélia ! belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
– C’est que les vents tombant des grands monts de Norwège
T’avaient parlé tout bas de l’âpre liberté ;

C’est qu’un souffle, tordant ta grande chevelure,
A ton esprit rêveur portait d’étranges bruits ;
Que ton coeur écoutait le chant de la Nature
Dans les plaintes de l’arbre et les soupirs des nuits ;

C’est que la voix des mers folles, immense râle,
Brisait ton sein d’enfant, trop humain et trop doux ;
C’est qu’un matin d’avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s’assit muet à tes genoux !

Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
– Et l’Infini terrible effara ton oeil bleu !

III

– Et le Poète dit qu’aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu’il a vu sur l’eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.

6 commentaires

  1. Très beau bien sûr mais vraiment pas gai.. je préfère « le bateau ivre » du même auteur (je l’ai même chanté avec ma chorale il y a …années) qui me fait toujours rêver et m’emmène très très loin vers des rivages et lointains merveilleux. quand je le relis.. voilà c’était ma journée poésie à moi…

  2. Une beauté qui flotte dans l’eau noire… Grand thème qui parcourt toute la poésie et nous laisse après la lecture une impression visuelle… Thème pictural aussi…
    Ainsi La Loreley d »Apollinaire

    La Loreley

    À Bacharach il y avait une sorcière blonde
    Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

    Devant son tribunal l’évêque la fit citer
    D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

    Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
    De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

    Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
    Ceux qui m’ont regardée évêque en ont péri

    Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
    Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

    Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley
    Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

    Evêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
    Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

    Mon amant est parti pour un pays lointain
    Faites-moi donc mourir puisque je n’aime rien

    Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
    Si je me regardais il faudrait que j’en meure

    Mon cœur me fait si mal depuis qu’il n’est plus là
    Mon cœur me fit si mal du jour où il s’en alla

    L’évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
    Menez jusqu’au couvent cette femme en démence

    Vat-en Lore en folie va Lore aux yeux tremblant
    Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

    Puis ils s’en allèrent sur la route tous les quatre
    La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

    Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
    Pour voir une fois encore mon beau château

    Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
    Puis j’irai au couvent des vierges et des veuves

    Là haut le vent tordait ses cheveux déroulés
    Les chevaliers criaient Loreley Loreley

    Tout là bas sur le Rhin s’en vient une nacelle
    Et mon amant s’y tient il m’a vue il m’appelle

    Mon cœur devient si doux c’est mon amant qui vient
    Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

    Pour avoir vu dans l’eau la belle Loreley
    Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil

    Guillaume Apollinaire (1880 – 1918)

N'hésitez pas à laisser un p'tit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.